www.galerie-photos.org
Galerie de photographies    
par Indigene    
reflex Canon
Galerie Canon Photo Free, reflex numériques et argentiques
 NOUVEAUTES  
 Portraits
 Séances photos
 Faune
 Oiseaux
 Paysages
 Montagne
 Mer
 Lacs et rivières
 Villes et villages
 Monuments
 Peinture
 Régions de France
 Fleurs et macros
 Gros plans
 Sport
 Photos de nuit
 Carnaval et fêtes
 Concerts
 Insolites

 TAGs

 Blog Photo
 Infos en direct par flux RSS
 Forum photo numérique
 Les dernières mises à jour

Connexion
Services Gratuits

  Rechercher une photo :
  Insérer un mot clef :
  



Le site photo du jour
Le site photo du jour
inscription



Liens publicitaires

 
parcourir : galerie > Villes et villages > Arles parcourir : blog photo > Villes et villages > Arles

Fiche Photo

Photo précédente : Arènes d'Arles

Les arènes d'Arles

Photo suivante : L'église et la colonne


Les arènes d'Arles




Les arènes d'Arles

Les galeries de l'amphithéâtre retentissaient des clameurs et des cris des gladiateurs ou des bestiaires mêlés aux rugissements des bêtes féroces et aux applaudissements de la foule avide de ces spectacles sanguinaires.

Cet amphithéâtre, moins dégradé que la plupart des amphithéâtres d'Italie, beau d'architecture et de masse, est devenu, quant à l'époque de sa fondation, un objet de discussion entre les archéologues. Aucune inscription du monument n'indique cette date ; mais il est vraisemblable que la construction primitive est de l'époque de Jules César, vers la fin de la République romaine, lorsqu'en l'an 39 avant Jésus-Christ, Jules César occupa la cité d'Arles et la transforma en colonie romaine en lui donnant son nom : Colonia Julia Paterna Arelatensis. Cette opinion est justifiée par l'architecture sévère et la masse imposante de l'édifice, par les pierres de grand appareil de ses substructions et constructions, par les pierres employées dans les beaux édifices de cette époque, par l'analogie et la similitude de l'architecture d'autres monuments d'Arles, tels que les aqueducs, les égouts, les restes de fortifications, notamment les tours d'une porte romaine située à l'est de la cité, au point le plus élevé, qui sont évidemment de la colonisation primitive de la cité d'Arles par Jules César.

Les dimensions de cet amphithéâtre pouvaient donner place à vingt-cinq mille spectateurs. Son étendue superficielle est de 11,716 mètres carrés, y compris les constructions. Le diamètre intérieur de l'arène, sur le grand axe, est de 96,40 mètres. L'étendue du grand axe, y compris les constructions, est de 137,20 mètres. L'étendue de son petit axe, à l'intérieur de l'arène, pst de 39 mètres et 63 centimètres. Le monument est formé par deux rangs de portiques en arcades cintrées, à plein jour, superposées ; chaque étage est de soixante portiques. Le premier est dorique, le second est corinthien ; la largeur des arcs est inégale, disposition qui ne peut s'expliquer que par la forme ovale excentrique du monument.

Monument Historique
Hauteur du monument, prise en dehors, depuis le sol de la première galerie jusque sur le cerveau des plus hautes arcades : 17 mètres.
Hauteur des arcades supérieures : 7 mètres 65 centimètres.
Hauteur des premières arcades, prise du sol du monument : 6 mètres 45 centimètres.
Largeur des arcades du rez-de-chaussée : 3 mètres 70 centimètres.
Largeur des arcades supérieures : 3 mètres 57 centimètres.
Hauteur de la tour du couchant, y compris celle du monument : 30 mètres.
Largeur de la tour du couchant, y compris les murs : 8 mètres.
Largeur de la porte du nord : 4 mètres 70 cm.


Si ces chiffres et ces renseignements architectoniques ne donnent qu'une idée imparfaite du monument, ils peuvent du moins en faciliter la comparaison avec les amphithéâtres de Rome, de Vérone et de Nîmes.

L'édifice d'Arles a quatre entrées principales, c'est-à-dire, deux entrées sur le grand axe extérieur, et deux entrées sur le petit axe à l'intérieur de l'arène, distribution assez généralement suivie dans ces édifices.

Ce monument a subi des dégradations et des réparations à diverses époques. Les travaux de déblaiement et de consolidation ont été commencés depuis 1809 et continuent encore avec plus ou moins d'activité. C'est pour préserver le monument des mutilations et des dégradations, qu'on a fermé par des grilles en fer, les vomitoires extérieurs ; mais ces grilles, au lieu d'être posées sur la ligne des arcs extérieurs du rez-de-chaussée et de les fermer, eussent pu l'être autour et sur l'emmarchement du monument, qu'elles isoleraient et protègeraient sans en changer aussi notablement le caractère primitif.



Information


Cette photo est présentée sur http://www.galerie-photos.org dans l'album Arles : La Rome des Gaules
Suivez le lien pour découvrir les autres photos de la galerie Arles



Images aléatoires
photo Fête médiévale
Fête médiévale

Si vous regardez attentivement la photo, vous remarquerez sans doute un détail dans le coin inférieur gauche. Non, ce n'est pas un crime qui est [...]
photo Gwen
Gwen

Gwen est une jeune femme décidée. Elle n'a que 25 ans au moment de la photo mais est déjà maman de quatre merveilleux enfants qui représentent sa [...]
photo Moteur Mustang
Moteur Mustang

Née en 1964, la Ford Mustang connaitra de multiples évolutions qui sont appelées par les fans des « générations ». Les plus recherchées correspondent [...]
photo Les cheminées de fées
Les cheminées de fées

Les cheminées de fée se forment à l’abri d’un bloc de rocher relativement plat qui les protège en partie de l’action de l'érosion. Il se forme en [...]


 le dire à un ami

Partager sur facebook twitter google plus


http://www.galerie-photos.org
 

[reflex canon]   [canon eos]   [reflex numérique]   [galeries photos]   [articles]   [blog]   [liens]   [partenaires]   [contact]

(c) Indigene 2014 - Toute reproduction, même partielle,
du site ou de son contenu est interdite


© http://www.galerie-photos.org 2014. Tous Droits Réservés.
Consultant informatique freelance