www.galerie-photos.org
Galerie de photographies    
par Indigene    

Publicité diffusée par Google : moteur de recherche
 NOUVEAUTES  
 Portraits
 Séances photos
 Faune
 Oiseaux
 Paysages
 Montagne
 Mer
 Lacs et rivières
 Villes et villages
 Monuments
 Peinture
 Régions de France
 Fleurs et macros
 Gros plans
 Sport
 Photos de nuit
 Carnaval et fêtes
 Concerts
 Insolites

 TAGs

 Blog Photo
 Infos en direct par flux RSS
 Forum photo numérique
 Les dernières mises à jour

Connexion
Services Gratuits

  Rechercher une photo :
  Insérer un mot clef :
  



Le site photo du jour
Le site photo du jour
inscription



Liens publicitaires

 
parcourir : galerie > Villes et villages > Arles parcourir : blog photo > Villes et villages > Arles

Fiche Photo

Photo précédente : Minerve

La fontaine à tête de cygne

Photo suivante : Les façades colorées


La fontaine à tête de cygne



Faire un book photo pas cher

La fontaine à tête de cygne

Un patrimoine pluriseculaire


Riche d’un patrimoine monumental remontant à plusieurs siècles, Arles, comparativement à d'autres villes françaises, a peu cédé à la déferlante de monumentalisation des espaces public par l’adjonction de statues commémoratives. Arles est suffisamment riche en histoire pour ne pas tomber si bas.

Au XIXe siècle, ce ne sont donc pas des personnages illustres de la ville qui sont célébrés, mais tout simplement l’eau. Le XIXe siècle voit la construction de maintes fontaines dans la ville provençale.

La restauration et la mise en valeur de l’Obélisque de la Place de la République de Arles, par la construction d’une fontaine, fut confiée à l'architecte Aixois Henri Révoil et 1866. C'est à lui que l'on doit les têtes d'Héracles en bronze sur les quatre côtés de l'obélisque, et ces superbes têtes de cygnes entourant la fontaine.

La fontaine Amédée Pichot (1886-1887) est l'œuvre de l'architecte Joseph Flandrin et du sculpteur Paul Balze.

La sculpture et l'eau sont également associées au travers de la Niobé du jardin d'été réalisée en 1897 par Hippolyte Lefebvre.

Les bouleversements du XXe siècle


Mais un grand changement est opéré durant le XXe siècle qui voit venir le temps de la célébration des grands personnages au lieu de la simplicité de la nature ou les personnages mythologiques. Cela se traduit par l’édification de monuments commémoratifs comme dans la plupart des villes françaises. Ils sont placés en des points névralgiques du centre-ville et sont sensé contribuer à la structuration de l'espace urbain et à lui donner un sens en rapport avec l'époque actuelle.

A quoi sont dus ces changements dans l'édification de monuments ?


Le XXe siècle a été traversé par deux grandes guerres mondiales et on peut imaginer que les monuments commémoratifs sont faits pour se rappelés de ceux, nos frères, nos voisins, qui sont tombés au combat. Mais par le passé, la France et en particulier la région, ont déjà été le théâtre de batailles et de guerres. Le sud de la France a connu les invasions wisigothiques et plus tard les guerres entre la France et L'Espagne. Même les Bourguignons ont essayé de s'emparer de cette province.

Alors pourquoi seulement maintenant commencer à ériger des monuments consacrés à l'histoire immédiate et aux hommes qui en font partie ?

Les monuments modernes sont toujours tournés vers le passé


Nous sommes forcés de constater que les monuments commémoratifs modernes sont toujours tournés vers le passé, et jamais vers l'avenir.

Dans l'Antiquité, l'homme savait bâtir des temples et des monuments tels que l'obélisque. Ces monuments étaient en l'honneur de Dieux ou consacrés à des choses naturelles, telle que le soleil.

Plus tard, l'homme a élevé des églises et des cathédrales au nom du christianisme.

A la Renaissance, les monuments étaient tout simplement de l'art. Leur but était décoratif et non commémoratif.

La Royauté a bien vu s'élever des monuments en l'honneur des rois, mais pendant leur vivant, pas après leur mort. Ils n'étaient pas tournés vers le passé mais célébraient le présent.

Ce n'est que depuis le XXe siècle que les monuments regardent dans le rétroviseur. Alors pourquoi ? La question reste ouverte et sans réponse.


Information


Cette photo est présentée sur http://www.galerie-photos.org dans l'album Arles : La Rome des Gaules
Suivez le lien pour découvrir les autres photos de la galerie Arles



Images aléatoires
photo Moulin dans le nord
Moulin dans le nord

Le Musée des moulins de Villeneuve d'Ascq est unique en son genre. On y découvre non seulement quelques moulins entièrement restaurés en état de [...]
photo Les mouettes de la Côte d'Opale
Les mouettes de la Côte d'Opale

Cette photographie n'a pas encore reçu de description [...]
photo Jeune fille au bord de la fontaine
Jeune fille au bord de la fontaine

La fontaine de la Place de la République à Arles est un havre de tranquillité et de fraicheur quand le soleil de plomb s'abat sur la Camargue. C'est [...]
photo Tour Magne
Tour Magne

Une étrange tour dans laquelle on s'adonnait peut-être à la sorcellerie noire. [...]


 le dire à un ami

Partager sur facebook twitter google plus


http://www.galerie-photos.org
 

[reflex canon]   [canon eos]   [reflex numérique]   [galeries photos]   [articles]   [blog]   [liens]   [partenaires]   [contact]

(c) Indigene 2014 - Toute reproduction, même partielle,
du site ou de son contenu est interdite


© http://www.galerie-photos.org 2014. Tous Droits Réservés.
Consultant informatique freelance