www.galerie-photos.org
Galerie de photographies    
par Indigene    
reflex Canon
Galerie Canon Photo Net, reflex numériques et argentiques
 NOUVEAUTES  
 Portraits
 Séances photos
 Faune
 Oiseaux
 Paysages
 Montagne
 Mer
 Lacs et rivières
 Villes et villages
 Monuments
 Peinture
 Régions de France
 Fleurs et macros
 Gros plans
 Sport
 Photos de nuit
 Carnaval et fêtes
 Concerts
 Insolites

 TAGs

 Blog Photo
 Infos en direct par flux RSS
 Forum photo numérique
 Les dernières mises à jour

Connexion
Services Gratuits

  Rechercher une photo :
  Insérer un mot clef :
  



Le site photo du jour
Le site photo du jour
inscription



Liens publicitaires

 
parcourir les blogs : index > Montagne
parcourir : galerie > Montagne

Vous visitez le blog : Montagne


En suivant la route de Prades

En suivant la route de Prades


En suivant la route de Prades





photo En suivant la route de Prades En suivant la route de Prades


Photo publiée le 29-04-2014 par Indigene
Mise à jour de la description le 29-04-2014

Massif du Canigou

Massif du Canigou


Massif du Canigou


Le Canigou est un massif montagneux qui se situe à l’extrémité orientale de la chaîne des Pyrénées. Le massif est à l'écart des autres pics de la chaîne. Il se trouve à seulement 48 km du littoral. On considère souvent le Canigou comme une montagne solitaire et de par ce fait elle a suscité bien des curiosités et des croyances.

Le massif du Canigou s'élève à 2 784 m d'altitude. Sa formation a eut lieu il y a 300 millions d'années, en même temps que toute la chaîne des Pyrénées. Elle résulte de la collision entre la plaque ibérique et la plaque européenne. L'empilement des couches rocheuses va donner naissance aux reliefs pyrénéens. Le massif du Canigou a continué à s'élever jusqu'à il y a 30 millions d'années. La chaîne de montagne s'étend alors de l'océan Atlantique à la Provence. Et puis elle s'effondre au niveau du Golfe du Lion. La partie orientale des Pyrénées s'est alors stabilisée.

La roche granitique s'est métamorphisé en différentes roches qui composent à présent le Massif du Canigou. On y trouve un socle de gneiss et de granite. Les calcaires ont évolué en marbre. Il est également composé de schistes. L'abondance des minerais précieux qui découle de cette variété de roches fut longtemps exploitée sur le
massif du Canigou. On y trouve de la baryte, de la fluorite, du quartz, du tungstène et de l'or.

Ce contrefort des Pyrénées se dresse entre les deux vallées de la Têt et du Tech. La Têt se trouve au nord-ouest, dans le Conflent. Le Tech coule dans le Vallespir, au sud-est.
photo Massif du Canigou Massif du Canigou


Photo publiée le 30-03-2014 par Indigene
Mise à jour de la description le 19-05-2014

Le Canigou

Le Canigou


Le Canigou


De part et d'autre de la frontière espagnole et française, le Canigou est le symbole de l'unité catalane. Il est l'emblème des Pyrénées Orientales. Il est omniprésent dans les paysages du Roussillon car il se voit de très loin : depuis la plaine roussillonnaise, le sud du Conflent et le nord du Vallespir.

A la belle saison, il évoque l'élégance avec sa cime enneigée et ses arbres en fleurs. Traversé par de multiples torrents et des vallées encaissées, il procure une végétation riche et variée, avant de s'étendre, au-delà des 2.000 m, en d'infinis alpages.

Son imposante masse et son profil majestueux ont longtemps fait passer le Pic du Canigou pour le plus haut sommet d'Europe. Mais ses 2.784 m mesurés ont fini par démentir la légende. Cela ne l'a pas empêché de conquérir le coeur des Catalans, et, ce, depuis des millénaires.

D'autres légendes sont nées sur les pentes du Canigou. Elles perdurent encore aujourd'hui.

Les légendes du Canigou


Vigie maritime de la chaine pyrénéenne, premier bastion d'altitude depuis la Méditerranée, le Canigou est la porte de deux mondes entre les hautes terres et la plaine du Roussillon. Fasciné et intrigué par sa silhouette imposante, l'Homme a tour à tour craint, respecté, admiré et conquis ses cimes émaillées de récits et de légendes.

Terre du fer, terre de paix, terre des poètes, cette montagne constitue une authentique terre d'exception chère au coeur des pyrénéistes et toujours attachante pour ses visiteurs. Le massif du Canigou s'affirme comme l'un des joyaux des Pyrénées catalanes.

Cette montagne est respectée par les catalans, mais, loin de susciter l'admiration, elle provoquerait chez les villageois un respect mêlé d'effroi et de crainte.

Cette montagne, jamais homme ne l'habita et jamais fils d'homme n'osa la gravir, tant sa hauteur est grande, tant le chemin est difficile et pénible. Pierre d'Aragon, roi de Catalogne et d'Aragon, eut l'idée un jour de faire l'ascension de cette montagne, voulant connaître par lui-même ce qu'il y avait à son sommet. Le roi fit donc appeler deux de ses fidèles chevaliers pour l'accompagner.

Les trois hommes prirent donc la route avec ce qu'il faut en vivre. Ils laissèrent leurs chevaux dans un village et se mirent à gravir lentement la montagne. A mi-chemin de formidables coups de tonnerre se firent entendre. Le ciel se couvrit de sombres nuages que sillonnaient des éclairs. L 'orage éclata. Le vent violent apporta aussi la grêle.

Les deux compagnons du Roi n'en pouvaient plus de grimper, épuisés et effrayés par l'orage qui grondait toujours. Pierre leur demanda de l'attendre et il continua l'ascension tout seul. Arrivé au sommet de la montagne il découvrit un lac. Il y jeta une pierre ; aussitôt il en sortit un énorme et affreux dragon qui se mit à voler et qui de son souffle obscurcit l'air et couvrit l'espace de ténèbres.

Après quelques instants, Pierre repris ses esprits et entreprit la descente pour raconter son aventure à ses deux chevaliers.

Telle est la légende de Pierre d'Aragon, telle qu'elle nous est parvenue. Mais il existe bien d'autres légendes qui ont pris leurs sources sur les pentes du Canigou. On prétend que des sorciers de magie noire fréquentent cette montagne mystique.
photo Le Canigou Le Canigou


Photo publiée le 30-03-2014 par Indigene
Mise à jour de la description le 31-08-2016

La ville de Sion

La ville de Sion


La ville de Sion


L'évêché de Sion


L'évêché de Sion est l'un des plus anciens de toute la Suisse. On y trouve déjà, en l'an 380, un évêque d'Ododurum qui souscrivit au concile d'Aquilée et au concile de Milan, en 390. Au concile de Mâcon, tenu en l'an 585, l'évêque prend déjà le nom de episcopus a Sedunis. Le diocèse n'était pas très étendu, il se borne au Valais ; il ne s'étendit même pas beaucoup plus loin avant la réforme. Il comprenait alors le gouvernement d'Aigle. L'évêque a le titre de comes & proesectus Valesioe. Il a aussi celui de Prince du St Empire, quoiqu'il n'ait ni voix ni séance dans les diètes, et ne contribue point aux charges de l'Empire. Dans les cérémonies publiques on porte l'épée devant lui. Il établit aussi un sénéchal ou porte-épée.

Au fil du temps les Valaisans ont restreint ses droits car il en possédait de très considérables. Dans les causes civiles, on fait appelle indifféremment à lui ou au landshauptmann, capitaine du pays. Il fait également office de notaire. Dans quelques districts il hérite de ceux qui n'ont point de parents à un degré fixé. Il est membre du conseil de l'Etat, landrach. Il a le droit de faire grâce et celui de battre monnaie, cependant sous certaines restrictions. Au bas Valais il possède des seigneuries considérables. Lorsque le siège devient vacant, le chapitre, qui est composé de vingt-quatre chanoines, propose quatre sujets de son corps pour le remplacer, et sept députés des dizains, (dont un est nommé par le capitaine du pays) élisent sur ces quatre l'évêque, à la pluralité des voix. Le landshauptmann et les autres députés ont le droit d'approuver cette élection ou de la rejeter. Le chapitre a aussi une part aux élections et aux affaires publiques du Valais. Cinq chanoines demeurent au château de Valère, sept dans la ville de Sion, les autres dans les cures qu'ils ont en diverses parties du Valais. L'évêché relève immédiatement du Saint Siège, ayant été exempté de l'archevêque de Tarentaise, en 1513, par Léon X, par le crédit du célèbre évêque Matthieu Schinner.

Sion, un des dizains du Valais, et un des plus considérables, puisqu'il renferme l'évêché de ce nom, et le chef-lieu de toute la république. Il est le septième du haut Valais. Il a dix lieues de longueur. Le chef du dizain se nomme grand-châtelain, il est changé de deux en deux ans mais on ne le prend que dans la bourgeoisie de la ville. Ce dizain comprend neuf paroisses outre Sion. Dans celle de Bremis il y a un hermitage
fort curieux. L'église, le couvent, les cuisines, les caves, le réfectoire, etc. tout y est taillé dans le, roc. Cet ouvrage date du XVIe siècle.

La ville de Sion autrefois


Sion est une ville médiocre, mais agréablement située, bien bâtie, et avec des environs fertiles. Elle est la capitale du Valais. Il y a trois châteaux bâtis l'un au dessus de l'autre, et appartenant à l'évêque :
     La Majorie
     Valère
     Le Tourbillon

Ce dernier est le plus élevé. Il est au sommet d'une haute colline, dont la vue est très belle, et l'évêque y va passer le temps des grandes chaleurs. Celui de La Majorie est au pied de la montagne. Les députés des sept dizains s'y assemblent. C'était autrefois la demeure des nobles qui se nommaient majores (maires). L'évêque l'habite ordinairement. Au bas de ces châteaux se trouve la ville. Elle est ancienne, on y trouve des inscriptions qui le prouvent, et dans lesquelles elle est nommée civitas Sedunorum. Dans la ville il y a beaucoup de monastères et d'églises, et un collège, qui appartenait aux jésuites, fondé en 1734. La maison de ville est très-belle. Sion possède aussi un grand hôpital. Dans le XVe siècle la ville obtint du concile de Basle (Bâle) la grande châtellenie, et en 1560 le vidomnat ; elle acquit aussi les seigneuries de Bremis, Chalens et Grandetsch.

Sion était autrefois dirigée par un conseil de vingt-quatre personnes, présidé par un bourgmestre. Le grand-châtelain juge les causes civiles, le vidomne ou châtelain de nuit, les causes civiles et criminelles qui s'élèvent pendant la nuit dans les mois de Mai et d'Octobre. On parle généralement allemand dans cette ville, et un français corrompu ; ainsi que quelques dialectes valaisans qui ne sont que parlés mais pas écrits.

Il y a dans ses environs plusieurs productions de la nature assez curieuses, différentes espèces de pierres et de terres, entr'autres du marbre bleu approchant de l'azur et dont on tire une couleur bleue qui approche l'outremer, du marbre noir à veine blanche, du bel albâtre et de la houille. On trouve aussi des mines de cuivre et des sources salées dont on ne fait aucun usage.

Une ville stratégique souvent attaquée


La ville de Sion avait une très grande importance autrefois et elle a été souvent convoitée. Le comte de Savoie, grâce au concours de nombreux alliés, triompha de la courageuse résistance des Vallaisans. Sion dut se rendre ; les châteaux de La Majorie et du Tourbillon furent également pris de force. Les vaincus consentirent au rétablissement de l'évêque qu'ils avaient expulsés. Trop pauvres pour payer les frais de la guerre, ils
promirent d'engager au comte de Savoie les châteaux de Soie, de La Majorie et du Tourbillon. Pour preuve de leur sincérité ils durent remettre des otages. Ceux-ci furent confiés par Amédée VII à la garde et protection du comte de Gruyère, ou plutôt de son fils Rodolphe de Gruyère, seigneur de Montsalvens et de Vaugrenant, qui fut bailli du Vallais et gouverneur des châteaux de Sion. Les otages dont il s'agit étaient au nombre de cinq ; parmi eux, Rodolphe de Rarogne. Rodolphe de Gruyère les garda et les nourrit à ses frais (qui devaient lui être remboursés par le comte de Savoie) depuis le 18 octobre 1587 jusqu'au 20 juin 1588.

L'invasion des savoyards a mis la ville de Sion à feu et à sac. Les Valaisans finirent par battre les savoyards en 1475.

Lors des invasions napoléoniennes, le Valais fut rattaché à la France en 1810. Et en 1815 il fut l'un des derniers cantons à rejoindre la confédération helvétique.

Ce n'est qu'avec l'arrivée de l'époque industrielle que Sion a retrouvé sa grandeur économique d'antan. De nombreuses industries se sont installées à Sion, profitant des voies de communication qui traversent le Valais.


Vous trouvez cette photo magique ? Mais pourtant ça n'a rien à voir avec de la magie noire.

photo La ville de Sion La ville de Sion
En noir et blanc

Photo publiée le 29-03-2014 par Indigene
Mise à jour de la description le 31-08-2016

Les Pyrénées

Les Pyrénées


Les Pyrénées


Les Pyrénées constituent une chaîne de montagnes qui sépare la France de l'Espagne. Plusieurs départements s'étalent le long de cette chaîne qui va d'Ouest en Est, de l'Océan Atlantique à la Méditerranée.

Le département des Pyrénées-Orientales, comme son nom l'indique, est celui qui se trouve le plus à l'est. Il est caractérisé par une grande diversité de paysages, tous très différents, des plages de la Méditerranée aux montagnes enneigées des Pyrénées. On y trouve également des paysages de campagne, des alpages, et tout le pays Catalan très riche en histoire.

Le département des Pyrénées-Orientales peut être divisé en 14 régions ayant chacune ses caractéristiques propres. La plus connue de ces région est la Côte Vermeille qui borde la mer au sud du département et qui abrite des villes toutes plus connues les unes que les autres : Collioure, Argelès-Sur-Mer, Port-Vendre, Rivesaltes, Banyuls, Cerbère, Elne, ... Cette région est constituées de falaises et de plages de sable fin ou de criques de gravier et de pierres.

La plaine du Roussillon est coupée en deux par la rivière La Têt qui sépare la région du Roussillon de la région de Salanque. Le Roussillon est connu pour ses plages de Canet, Saint-Cyprien, Le Barcarès. La Salanque, quant à elle, abrite le Château de Salse et l'étang du même nom.

Au Nord de la plaine s'étirent les Corbières, qui sont de petites collines calcaire arides. Les Corbières marquent le début du département de l'Aude et servent de support aux fameux châteaux cathares. Cette région a été ravagée pendant l'Inquisition et la chasse aux hérétiques.

Les Pyrénées c'est aussi le Mont Canigou, cette montagne massive et solitaire qui se dresse à l'écart de la chaîne des Pyrénées. Elle fait la fierté des catalans.

Quand on s'enfonce dans les terres en s'éloignant de la mer, on trouve la vallée du Vallespir et les Aspres. On y rencontre de jolis petits villages typiques construits à flanc de montagne. Plus à l'ouest c'est le Conflent.

En suivant les rivières et les vallées on arrive soit au Col du Perthus qui marque la frontière entre la France et L'Espagne, ou bien on traverse de petites villes qui bordent le Têt ou le Tech : Prades, Villefranche-de-Conflent, Ille sur Têt, Céret, Amélie-les-Bains, Arles-Sur-Tech, Prats-De-Mollo, Vernet-Les-Bains, ...

Reste la haute montagne et surtout le plateau de la Cerdagne et le Capcir. La Cerdagne est un plateau relativement large, assez peuplé et offrant de nombreuses cultures. Le tourisme s'y est bien développé.
photo Les Pyrénées Les Pyrénées
Séparent la France de l'Espagne

Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 04-11-2017

Sion en Suisse

Sion en Suisse


Sion en Suisse


Sion à ceci de particulier que la ville est construite autour de deux petites collines, derniers vestiges d'éboulements préhistoriques rongés par les eaux du Rhône. Et tout autour de cette vallée aux deux mamelons, se dressent les montagnes gigantesques des Alpes.

Très visibles de loin, les fortifications des deux collines du Tourbillon et de Valère dominent la vieille ville de Sion. Il s'agit d'un des sites médiévaux de Suisse le mieux conservé. La ville de Sion est orientée vers le sud ce qui lui apporte une bonne exposition. Depuis très longtemps, la ville a constitué un centre commercial important pour le commerce des fruits et légumes et du vin. Sion se trouve au centre du Valais qui est traversé par le Rhône qui apporte à toute la plaine une fertilité remarquable. Sion est également un place politique, économique et culturelle importante.

Les deux collines du Tourbillon et de Valère protégeant la vallée du Rhône et constituent des tours de gué pour prévenir des assauts d'envahisseurs éventuels. Sion, de par sa position stratégique, était déjà habitée par les Romains sept siècles avant J-C. Après la chute de l’empire romain, Sion passa sous domination Burgonde.

Le christianisme arriva relativement tôt dans la ville. En 585, Sion fut le siège de l’épiscopat de Sion. Sion était le centre religieux de tout le Valais. L'évêque de Sion fit construire son château au sommet du Tourbillon en 1294. Il en reste encore les vestiges aujourd'hui.

Sion a malheureusement été ravagée par la peste au 13° siècle. Ensuite ce fut l'invasion des savoyards qui mis la ville à feu et à sac. Les Valaisans finirent par battre les savoyards en 1475.

Lors des invasions napoléoniennes, le Valais fut rattaché à la France en 1810. Et en 1815 il fut l'un des derniers cantons à rejoindre la confédération helvétique.

Ce n'est qu'avec l'arrivée de l'ère industrielle que Sion a retrouvé sa grandeur économique d'autrefois. De nombreuses industries se sont installées, profitant des voies de communication qui traversent le Valais.


photo Sion en Suisse Sion en Suisse
Deux petites collines au cœur d'une vallée

Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 30-04-2014

Les vaches de combat

Les vaches de combat


Les vaches de combat


En Suisse, on ne trouve pas que des vaches à lait. Les combats de vaches ont lieu dans toute la région où est pratiqué l'élevage des bovins de la race d'Hérens. Ces vaches noires sont petites mais fortes. Elles possèdent des cornes courtes mais robustes. Tout comme les vachettes en Camargue, elles ont conservé plus que les autres races l'instinct combatif pour assurer une hiérarchie dans leur troupeau. Dès le début du printemps on peut les voir lutter entre elles dans le seul but de déterminer la reine du troupeau. A leur façon, c'est un genre de votation (élection).

Les combats n'ont pas lieu de façon organisée. C'est tout naturellement et spontanément que chaque vache choisit son adversaire. La vache belliqueuse va subitement cesser de brouter, elle baisse la tête et se met à souffler bruyamment comme un taureau. On peut les voir gratter le sol avec leurs sabots. Ce sont les signes qu'une vache est prête à se mesurer à une autre. Il faut alors qu'une autre vache de même force relève le défi. Elle va se diriger vers la première en adoptant les mêmes attitudes.

Au début du combat, les deux vaches s'observent prudemment en se déplaçant lentement. Le combat commence alors et les deux crânes se heurtent avec fracas. Les cornes se croisent comme des épées de chevaliers en pleine joute. A la manière de lutteurs gréco-romains, les deux bovidés cherchent la bonne prise pour terrasser l'adversaire. Puis elles s'arcboutent comme des rugbymen dans une mêlée et se mettent à pousser très fort pour faire sortir le ballon entre leurs pattes arrières (heu... non, là je divague). On les voit avancer et battre en retraite. Pour finir, après plusieurs minutes de combat acharné, la perdante tourne les talons et s'éloigne la queue entre les jambes. La victorieuse, pas du tout fair-play, en profite alors pour la poursuivre afin de lui donner encore quelques bons coups de corne là où ça fait mal.

Des concours sont également organisés depuis quelques années par les Valaisans pour déterminer quelle sera la « Miss » régionale ou cantonale. En France nous avons les élections de Miss France et des Miss Départementales. Les Suisses qui vont voter presque tous les dimanches trouvent d'autres distractions pour rompre la monotonie de la votation. Mais c'est un peu sauvage tout de même, et surtout moins grâcieux qu'une belle jeune fille en maillot de bain.
photo Les vaches de combat Les vaches de combat
Dans les montagnes Suisse

Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 15-05-2014

Montagnes Suisses près de Sion

Montagnes Suisses près de Sion


Montagnes Suisses près de Sion


Sion est la Capitale du Valais, au cœur des montagnes couvertes de neige. Il s'agit des Alpes Valaisannes dont les sommets les plus connus sont :
     La dent d'Hérens
     Le Cervin
     Matterhorn
     La Dent Blanche

On y trouve également de nombreux lacs et toute la région est traversée par le Rhône qui prend sa source un peu plus loin dans les montagnes. Des rivières, issues souvent de la fonte de glaciers, viennent l'alimenter et creuses une multitude de petites vallées perpendiculaires de part et d'autre du fleuve. Les vallées pénètrent profondément dans les montagnes et forment la particularité du Valais. Parfois, d'une vallée à l'autre, les habitants ne parlent pas le même dialecte car ils sont complètement coupés des autres vallées inaccessibles en passant par les sommets.

Le caractère touristique du Valais s'est affirmé au cours du XX° siècle grâce à un ensemble impressionnant de hautes montagnes et des stations de ski d'une renommée internationale qui s'y sont implantées. On peut citer notamment Zermatt, Crans-Montana, Verbier et Saas-Fee, mais aussi Adelboden, Arosa, Champery, Davos, Engelberg, Grindelwald, Laax, Leukerbad, Meiringen, Murren, Nendaz, St Moritz, Villars et Wengen.

Le Valais est aussi le domaine des loups et de la sorcellerie en Suisse.






photo Montagnes Suisses près de Sion Montagnes Suisses près de Sion


Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 04-11-2017

Le Tourbillon

Le Tourbillon


Le Tourbillon


Le Tourbillon est l'un des deux châteaux qui surplombent la ville de Sion. Il est construit sur une colline et le château de Valère est bâtit sur la seconde colline qui monte la garde autour de la ville.

La colline du Tourbillon est utilisée par les hommes depuis la préhistoire car elle constitue une position stratégique pour faire le guet et elle pouvait servir de repli en cas de conflit. Il est plus facile de repousser l'ennemi quand on se trouve sur des hauteurs. Les premières constructions sur cette colline ressemblaient plus à des tours défensives du Moyen-âge, construites en terre et en bois.

La construction du château du Tourbillon date de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle, ce qui est assez récent. C'est l'évêque de Sion, Boniface de Challant, qui entreprend la construction du château vers 1297. C'est ce château qui est toujours visible de nos jours. Il n'a subit que quelques modifications telles que des murs plus hauts et des aménagements défensifs supplémentaires.

Dès qu'on entre dans l'enceinte du château, on trouve sur la gauche les logements de la garnison. Le bâtiment principal se trouve au centre. Il est divisé en plusieurs parties : la grande salle de réception sur la gauche et les logements du seigneur sur la droite. Les appartements de l'évêque se trouvent dans une tour. Il s'était fait construire une grande cheminée pour avoir chaud en hiver. A noter que la tour n'est que faiblement fortifiée. Elle se présente plus comme des appartements privés confortables que comme un donjon du Moyen-âge à vocation défensive.

Le château du Tourbillon pouvait résister à des sièges. Les eaux de pluie s'écoulant des toits étaient recueillies dans une citerne. Le seigneur étant un évêque, il ne manquant pas de faire construire une belle église à l'intérieur du château. Elle s'appuie sur les remparts et la tour d'angle lui servait clocher.

Mais peu de temps après sa construction, le Tourbillon est finalement délaissé par les évêques de Sion au profit de La Majorie. Le château ne conserve donc qu'une utilité défensive quand la ville est attaquée par des envahisseurs. Le château sera également occupé par la révolte des habitants de Sion contre l'évêque qui cumulait trop de pouvoirs. Le Tourbillon est attaqué à de nombreuses reprises, notamment par les savoyards. Il finit par être brûlé et démantelé au début du XVe siècle.

Le château est finalement reconstruit quelques années plus tard. L'intérieur est totalement refait selon les goûts de l'époque. Il est utilisé comme appartement d'été par l'évêque Guillaume VI de Rarogne.

Le 24 mai 1788, un incendie ravage la ville de Sion. Le feu se propage jusqu’au Tourbillon qui est totalement détruit. Sa reconstruction n'a jamais eut lieu malgré différentes campagnes de conservation entreprises au cours du XIXe siècle. Des grandeurs du château d'antan, il ne reste que des ruines qui sont un lieu de promenade pour les habitants locaux et un haut lieu touristique.
photo Le Tourbillon Le Tourbillon
Il surplombe la ville de Sion

Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 06-07-2014

Le vélo sur le lac gelé

Le vélo sur le lac gelé


Le vélo sur le lac gelé


Personne n'a osé s'aventurer sur le Lac de Géronde gelé pour récupérer ce vélo qui finira sans doute au fond du lac à la fonte des glaces. Ça nous donne une image quelque peu surnaturelle.

Les températures dans le Valais descendent souvent en dessous de zéro en hiver et les lacs se recouvrent d'une couche de glace qui sera ensuite cachée par une bonne épaisseur de neige. Mais les Valaisans sont habitués à ce climat rude et ils ont fait leur stock de bois pour se chauffer durant tout l'hiver et alimenter les fours où ils préparent les raclettes et les « croutes ». La « croute » est une spécialité Valaisanne à base de pain de mie imbibé de vin blanc. On peut y mettre entre les couches de pain toute sorte d'ingrédients, du fromage bien sûr, mais aussi des tomates, du jambon et même parfois de l'ananas.
photo Le vélo sur le lac gelé Le vélo sur le lac gelé


Photo publiée le 19-09-2011 par Indigene
Mise à jour de la description le 04-11-2017

Page suivante 
Page : 1 2 

   


http://www.galerie-photos.org
 

[reflex canon]   [canon eos]   [reflex numérique]   [galeries photos]   [articles]   [blog]   [liens]   [partenaires]   [contact]

(c) Indigene 2014 - Toute reproduction, même partielle,
du site ou de son contenu est interdite


© http://www.galerie-photos.org 2014. Tous Droits Réservés.
Missions mainframe en entreprise - webmastering - référencement professionnel